En route vers l’Europe, des Maghrébins se retrouvent piégés en Roumanie

19 juin

Par Julia BEURQ (Texte et photos)

Pour éviter la traversée périlleuse de la Méditerranée, de plus en plus de Maghrébins achètent un billet d’avion pour la Turquie et de là se rendent en Grèce, puis en Macédoine et en Serbie, avant d’entrée dans l’Union européenne, en Roumanie. Mais cette nouvelle route se ferme. Reportage dans le centre de rétention d’Arad, où une cinquantaine d’étrangers attendent d’être renvoyés vers leur pays.

Publié dans Le Courrier des Balkans, et sur Mediapart le 19 juin 2012.

La Roumanie est l’une des gardiennes de la « forteresse Europe ». Elle partage ses frontières avec cinq pays, dont trois sont en dehors de l’Union Européenne (la Moldavie, l’Ukraine et la Serbie). Cette situation géographique fait d’elle un pays de transit, un territoire coincé entre l’espace Schengen et les Balkans. Beaucoup d’étrangers souhaitant atteindre l’Europe de l’Ouest la traverse et, souvent, s’y arrêtent dans le but d’obtenir l’asile. Mais seulement 8% d’entre eux voient leur demande aboutir. Les autres, s’ils ne quittent pas le territoire roumain par leurs propres moyens, peuvent être arrêtés et enfermés dans l’un des deux centres de rétention. Ces derniers sont gérés par l’Office roumain pour l’immigration (ORI), sous la tutelle du ministère de l’intérieur.

Le premier se trouve à côté de l’aéroport d’Otopeni, près de Bucarest, le second, ouvert en 2001, est situé près d’Arad, à la frontière hongroise. Ici, ils sont Moldaves, Russes, Pakistanais, Indiens, Vietnamiens et surtout Tunisiens, Algériens, Marocains, mais tous partagent l’envie d’entrer dans une Union européenne qui ne veut pas d’eux. Chaque histoire a beau être unique, chacune est révélatrice des situations en cours aux frontières de l’Europe.

Après de multiples tentatives de pénétrer dans l’un des pays membres, ceux qui ont vu leur demande d’asile déboutée sont désormais condamnés à attendre. Ils attendent sans savoir jusqu’à quand. La suite sur le site du Courrier des Balkans ou sur Mediapart.

About these ads

2 Réponses to “En route vers l’Europe, des Maghrébins se retrouvent piégés en Roumanie”

  1. Coblecain 20 juin 2012 at 16:21 #

    Faudrait peut-être dire à ces "candidats" que l’Europe a suffisamment à faire avec sa bonne grosse part de tiers-mondistes. N’en jetez plus, la coupe est pleine et depuis très (trop) longtemps.
    J’ai cru qu’ils transitaient par la Turquie ? Pourquoi n’y restent-ils pas ? La logique pourtant leur fait la voie belle : même culture orientale, surtout même religion. Personnellement j’aurais plutôt fait cette démarche là, ah mais oui ! Les aides sont pas les mêmes (les aides ne sont pas, tout court), forcément c’est pas très "engageant" et encore moins intéressant.
    Penser à redéfinir la notion de "nouvelle vie" pour cette "force vive", Se faire chier une fois pour ne plus jamais se faire chier une bonne fois pour toute, le jeu en vaut la chandelle très certainement.

  2. Investir en Roumanie 22 juin 2012 at 14:51 #

    Un problème vraiment oublié par tout le monde en Roumanie, même si c’est plus important que l’on pense. Personne n’aurait prévu que ce serait une des conséquences de l’entrée dans l’UE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 112 autres abonnés

%d bloggers like this: