Les Roumains, désabusés, élisent leur président

22 Nov

Par Mehdi CHEBANA

Plus de 18 millions de Roumains étaient appelés aux urnes, dimanche 22 novembre 2009, afin de désigner pour cinq ans leur chef de l’État. Celui-ci aura pour lourde tâche de sortir le pays de l’instabilité politique et de la récession, alors que le climat social n’a jamais été aussi tendu depuis dix ans. Malgré l’importance du scrutin, de nombreux électeurs, souvent désabusés, devraient s’abstenir de voter.

Traian Băsescu

Publié le 22 novembre 2009 dans Le Courrier des Balkans

Attaques personnelles, surenchère populiste, absence de projet politique clair… Pour la première campagne présidentielle depuis l’entrée de leur pays dans l’Union européenne (UE), les politiques roumains ont offert un spectacle toujours aussi démagogique et pauvre en débats d’idées. Difficile de s’y retrouver quand les médias locaux, parfois même les plus sérieux, se rendent complices de ces travers qui participent du désintérêt de nombreux électeurs.

Le prochain président roumain aura la lourde tâche de mettre un terme à une grave instabilité politique, doublée d’une récession qui a contraint le pays – longtemps champion de la croissance européenne – à contracter un prêt de 20 milliards d’euros auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Depuis plus d’un mois, la Roumanie tourne ainsi avec un gouvernement désavoué et très limité dans ses pouvoirs. Le Parlement a adopté une motion de censure contre le Premier ministre libéral-démocrate Emil Boc, (lire par ailleurs) mais a également refusé d’accorder sa confiance à l’économiste Lucian Croitoru, proposé en remplacement par le président Băsescu.

Cette instabilité politique a poussé le FMI à bloquer le versement de la dernière tranche de son prêt en attendant une sortie de crise.

Dans la rue, les réformes sur les retraites et les salaires, engagées pour satisfaire le bailleur international, ont par ailleurs donné lieu à une contestation sans précédent depuis dix ans (retrouvez notre article).

C’est donc un pays en proie à une triple crise (politique, économique et sociale) qui tente dimanche de désigner celui qui pourra le sortir de l’impasse.

Les candidats

Sur les douze candidats en lice, trois font largement la différence dans les sondages. Crédité de 33 % des intentions de vote, le président sortant, Traian Băsescu (Parti démocrate-libéral), devrait arriver en tête du premier tour. Ancien capitaine de la marine marchande, il a été élu en 2004 sur sa volonté de lutter efficacement contre la anticorruption ; une ambition qui est loin d’avoir porté tous ses fruits.

Traian Băsescu est talonné de près par son rival social démocrate, Mircea Geoana, chef de la diplomatie roumaine entre 2000 et 2004, qui recueillerait 30 %. Le candidat libéral, Crin Antonescu, historien entré en politique dans les années 1990, n’arriverait, lui, qu’en troisième position, avec 18 %.

Ces trois favoris ont bénéficié d’une médiatisation beaucoup plus importante que leurs adversaires écolos, anti-capitalistes, ultra-nationalistes ou défenseurs du droit des minorités hongroises et roms. Considérés hors-course, ces petits candidats n’ont pas été conviés au dernier grand débat télévisé retransmis, vendredi soir, sur la chaîne info Realitatea.

L’abstention

Parallèlement au scrutin présidentiel, les 18 millions d‘électeurs roumains sont aussi appelés à se prononcer sur la suppression d’une des deux chambres du parlement et sur la réduction du nombre de députés qui passerait de 471 à 300. Initié par Traian Băsescu, ce référendum a toutefois peu de chance d’aboutir puisque sa validation est conditionnée à une participation de 50% qui est loin d’être acquise au vu des derniers sondages.

Lassés par les sacandales, la corruption et le clientélisme entretenus par une classe politique largement héritée de la période communiste, les électeurs pourraient s’abstenir en masse à l’occasion de ce scrutin clé. Aux dernières élections législatives, seuls 39 % d’entre eux s’étaient rendus aux urnes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :