Des hackers en croisade pour redorer l’image des Roumains

22 Avr

Par Mehdi CHEBANA

De grands journaux européens sont, depuis quelques jours, la cible de hackers roumains qui entendent réhabiliter l’image de leurs concitoyens en Europe. Pour ces pourfendeurs de l’amalgame entre mendicité et Roumanie, il s’agit d’un « cri du peuple roumain tout entier qui rappelle à ses frères que, dans ses veines aussi, coule du sang romain. » Un message nationaliste empreint d’un indéniable racisme… anti-rrom.

Cette brigade, qui s’est autobaptisée « Sécurité nationale roumaine », a pris le contrôle des sites de plusieurs journaux

Publié le 22 avril 2010 dans Le Courrier des Balkans

Quelques jours après avoir visé le quotidien britannique The Daily Telegraph, des pirates informatiques s’en sont pris, lundi 19 avril, au journal Le Monde. À coups de messages intrusifs dénonçant l’amalgame entre mendicité et Roumanie, cette brigade, qui s’est autobaptisée « Sécurité nationale roumaine » (RNS, en anglais dans le texte), a brièvement pris le contrôle d’un site partenaire du quotidien français.

« Nous en avons assez de ces outrages », expliquent les hackers dans le texte diffusé en page d’accueil de Planète plus intelligence, un supplément publicitaire du Mondeconsacré à la planète et aux technologies. « Les Tsiganes ne sont pas des Roumains ! Ce ne sont pas eux qui ont écrit notre histoire ! Quand vous parlez de nos compatriotes, n’utilisez plus l’expression ’Tsiganes roumains’. Nous avons respecté votre France, vous respecterez notre Roumanie », concluent-ils d’un ton menaçant.

Si l’affaire fait grand bruit dans les médias roumains [1], l’opération est passée complètement inaperçue au sein de la rédaction du monde.fr. « Personne n’était au courant ici, pas même les informaticiens du site », s’étonne Joachim Mizigar, responsable de la communication. « Planète plus intelligence est un petit site partenaire qui fait du publirédactionnel. En aucun cas, le site principal n’a été affecté mais il semble bien que c’était quand même la marque Le Monde qui était visée. »

Ce coup de force, d’autant moins retentissant que les messages intrusifs étaient écrits en roumain, intervient cinq jours après une cyber-attaque contre deux sous-sites du Daily Telegraph, wine-and-dine.telegraph.co.uk et shortbreaks.telegraph.co.uk, dont les pages d’accueil ont été remplacées par un drapeau roumain au dessus d’un texte dénonçant le traitement de l’actualité roumaine par les médias anglais ( lire par ailleurs ).

Sur le blog hackersblog.org, spécialisé dans le piratage informatique, de nombreux internautes roumains félicitent les hackers et leur demandent de poursuivre leur action en Espagne et en Italie. Quitte à répondre au racisme anti-roumain par le racisme anti-rom.

« Nous ne sommes pas une mouvement de résistance, de protestation ou de révolte ! », assurent les pirates de la RNS dans leurs messages. « (Notre démarche], c’est le cri du peuple roumain tout entier qui fait appel à nos frères qui ont oublié que, dans nos veines aussi, coule du sang romain. »

Banalisation du racisme anti-roumain

Ces attaques surviennent dans un contexte où le racisme anti-roumain se banalise de plus en plus à l’étranger. Internet est notamment un puissant vecteur de cette banalisation. Sur Facebook, des centaines de personnes adhèrent à des groupes anti-Roumains qui fonctionnent en toute impunité malgré leurs intitulés clairement racistes. « Pour que les Roumains rentrent chez eux », « pour démembrer les accordéonistes Roumains du métro », « contre l’invasion de la France par les Roumains »… Les exemples sont légion sur la seule interface française du célèbre réseau social.

Même constat sur You Tube où une vidéo mettant en scène un père français apprenant à son enfant à mendier « comme un Roumain » a déjà fait à ce jour plus de 160.000 visites ( voir la vidéo ).

Les médias bucarestois ont aussi diffusé, mardi, un passage de l’émission On n’est pas couché, retransmise le 17 avril sur France 2, où l’humoriste Jonathan Lambert suggère que la manière de saluer des Roumains consiste à tendre la main pour demander de l’argent ( voir l’extrait ). Dénonçant des propos « inacceptables » et « xénophobes », l’ambassade de Roumanie à Paris réclame des excuses dans une lettre au président de France Télévisions.

Selon hackersblog.org, les sites Internet de France 2 et France 4 pourraient donc être la prochaine cible des hackers de la RNS : « des liens vulnérables à l’injection SQL [2] ont déjà commencé à apparaitre dans des sous-domaines de ces sites publics. Ce n’est qu’une question de temps, quelqu’un réussira bien par extraire les données importantes et à lancer une attaque contre le réseau entier, après ce qui s’est passé il y a quelques jours. », pouvait-on lire mercredi matin sur le site roumain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :