Roumanie : nouvelle vague de manifestations contre l’austérité

20 Sep

Par Mehdi CHEBANA

L’été n’aura pas suffi à calmer la colère des syndicats roumains qui appellent à la reprise du mouvement contre les mesures d’austérité adoptées par Bucarest pour sortir de la crise et satisfaire les exigences du Fonds monétaire international (FMI).

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

Publié le 20 septembre 2010 dans Le Courrier des Balkans

Dès lundi, les policiers sont invités à réduire leur activité. Plus d’amende, plus d’audition, plus de régulation de la circulation… Le Syndicat national des policiers et du personnel contractuel (SNPPC) entend ainsi protester contre les réductions salariales de 25% entrées en vigueur le 1er juin mais aussi contre des conditions de travail jugées insatisfaisantes.

D’autres syndicats, du public comme du privé, espèrent mobiliser en masse à travers de nouveaux rassemblements et piquets de grève. Après l’échec d’une énième tentative de négociation avec le ministre du Travail, Ioan Botiş, ce weekend, la Confédération nationale des syndicats libres de Roumanie (CNSLR-Frăţia), prévient que 20.000 syndicalistes de tout le pays viendront manifester, mercredi 22 septembre, devant le siège du gouvernement et sur la Place de la Révolution à Bucarest.

L’intersyndicale Cartel Alfa, l’une des plus puissantes du pays, appelle également à des rassemblements « en cascade » devant le siège du gouvernement. Elle annonce des piquets de grève des salariés de l’enseignement et de la santé, jeudi 23 septembre, de la police, de l’administration pénitentiaire et du secteur privé, le lendemain, et de l’administration et de la chimie, le lundi 27 septembre.

De son côté, la Fédération nationale des syndicats de l’administration (FNSA), qui compte 50.000 adhérents, a averti qu’elle pourrait déclencher une grève générale d’un mois, à partir de la mi-octobre, si le gouvernement ne renonçait pas aux mesures d’austérité prévues pour 2011.

Aux grands maux, les lourds remèdes

Avec un taux chômage de 8,36% qui a doublé en un an et un recul de la production industrielle qui dépasse les 6%, la Roumanie a été très fortement touchée par la crise internationale. Le pays est entré en récession début 2009, lorsque son PIB s’est contracté de 7,1%, et c’est alors que les autorités ont sollicité un prêt global de 20 milliards d’euros auprès du FMI et d’autres bailleurs internationaux.

Pour satisfaire les exigences de ces bailleurs, Bucarest a décidé de supprimer 100.000 postes de fonctionnaires d’ici la fin de l’année, d’augmenter la TVA de cinq points, à 24%, mais aussi de réduire les allocations chômage de 15%, les salaires des fonctionnaires de 25% et de baisser de façon substantielle les allocations familiales ainsi que les aides versées aux handicapés, aux invalides de guerre ou aux anciens révolutionnaires.

Toujours en vertu de ce plan de rigueur, le plus drastique de l’Union européenne, les députés roumains ont adopté, mercredi dernier, une réforme qui relève l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans d’ici 2015 pour les hommes et d’ici 2030 pour les femmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :