Schengen : la Roumanie lance la guerre des tulipes

3 Oct

Par Mehdi CHEBANA

La Roumanie est lasse d’attendre que les 25 membres de Schengen s’accordent à l’unanimité sur son adhésion

Publié le 30 septembre 2011 dans L’Humanité

La Roumanie et la Bulgarie devront encore attendre avant d’adhérer à l’espace Schengen. C’est ce qui ressort de la réunion des ministres européens de l’Intérieur, qui s’est tenue à Bruxelles le 22 septembre. Techniquement prêts, comme en attestent les derniers rapports d’évaluation, les deux pays font face à l’opposition des Pays-Bas et de la Finlande, qui réclament des progrès en matière de lutte contre la corruption et le crime organisé. La France et l’Allemagne avaient déjà formulé ces conditions, il y a six mois, avant de revenir sur leur position.

Lasse d’attendre que les 25 membres de Schengen s’accordent à l’unanimité sur son adhésion, la Roumanie se crispe. Et cible avant tout les Pays-Bas, le pays étranger qui investit le plus chez elle. « On ne peut pas sacrifier une politique de consolidation européenne pour satisfaire des extrémistes », a lancé le président Basescu à la coalition, soutenue par l’extrême droite de Geert Wilders. Quelques jours avant la réunion de Bruxelles, alors que La Haye faisait connaître ses réticences, les autorités roumaines avaient bloqué à leurs frontières des camions transportant des tulipes hollandaises, officiellement pour des raisons sanitaires et fiscales.

Des contrôles aux accents de « chantage » pour le gouvernement et plusieurs eurodéputés néerlandais. « Cette guerre des tulipes était un geste politique, estime l’économiste Ilie Serbanescu. Il y a tant de multinationales qui enfreignent les lois ici, alors pourquoi contrôler ces fleurs justement à ce moment précis ? » De son côté, la presse roumaine rappelle les déboires de plusieurs entreprises françaises à l’époque où Paris s’opposait elle aussi à l’entrée de Bucarest dans Schengen. «

En avril, Metrorex annonçait qu’elle pourrait renoncer à un contrat de 239 millions d’euros avec Alstom, relève l’agence Hotnews. Puis, quand la position de la France a changé (…), elle a renégocié le contrat. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :