Roumanie : deux ans de réformes et de mobilisation contre la rigueur

21 Jan

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

Depuis deux ans, les autorités roumaines multiplient les réformes et les mesures drastiques pour sortir leur pays de la crise et satisfaire les exigences du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne qui leur ont accordé un prêt de 20 milliards d’euros. Cette cure d’austérité, l’une des pires de l’Union européenne, a suscité la colère des syndicats qui ont organisé plusieurs rassemblements d’ampleur dans le pays mais aussi, plus récemment, l’indignation de milliers de Roumains asphyxiés par la rigueur.

Plan de rigueur. En juin 2010, les autorités roumaines mettent en place l’une des pires cures d’austérité lancées en Union européenne depuis le début de la crise mondiale. Les salaires des fonctionnaires baissent de 25%, les allocations chômage de 15% et de nombreuses aides sociales sont diminuées. Environ 100 0000 postes seront aussi progressivement supprimés dans la fonction publique. Ces mesures visant à réduire le déficit public, et rassurer ainsi le FMI, suscitent la colère de la population.  Article de Jonas MERCIER  paru dans La Croix le 25 mai 2010 

Réforme des retraites. Fin septembre 2010, la loi de réforme des retraites, qui fait partie des réformes convenues par l’Etat roumain avec le Fonds monétaire international (FMI) et l’Union européenne, est adoptée. Fin des régimes spéciaux, départ en retraite à 65 ans… Le texte soulève la colère de l’opposition qui dépose en vain un recours devant la Cour constitutionnelle. Décryptage de Marion GUYONVACH publié le 29 septembre 2010 dans Le Petit journal de Bucarest

Mobilisation record contre l’austérité.  En octobre 2010, 50 000 Roumains se rassemblent, à l’appel des syndicats, face au parlement de Bucarest, tandis que députés et sénateurs examinent une énième motion de censure finalement rejetée. C’est la plus grosse manifestation organisée en Roumanie depuis 10 ans. Reportage de Mehdi CHEBANA publié dans L’Humanité le 29 octobre 2010.

Réforme du Code du travail. En mars 2011, plus de 10 000 personnes manifestent à l’appel des syndicats devant le Parlement de Bucarest. Elles protestent contre le nouveau Code du travail qui  menace les conventions collectives, donne la priorité à l’embauche en CDD et prévoit un allongement des périodes d’essai et de préavis. Reportage de Mehdi CHEBANA publié dans L’Humanité le 18 mars 2011

Réforme de l’éducation A la rentrée 2011, une réforme du système éducatif roumain est lancée. Fort de 365 articles, le texte vise à transformer en profondeur et à européaniser l’enseignement dans le pays. Pour réussir à le faire adopter, le gouvernement roumain, dominé par le Parti démocrate-libéral (PD-L), a dû engager sa responsabilité devant le parlement en octobre 2010 et attendre quelques mois le verdict de la Cour constitutionnelle saisie par l’opposition. Reportage de Marion GUYONVARCH diffusé le 5 septembre 2011 sur RFI

Réforme de la santé. En janvier 2012, le gouvernement d’Emil Boc met sur la table un projet de loi visant à réformer en profondeur le système de santé roumain. L’idée est d’ouvrir davantage le système aux opérateurs privés et de préparer la privatisation à terme des services d’urgence. Une querelle avec le président Basescu à ce sujet pousse le sous-secrétaire d’Etat Raed Arafat à la démission. C’est « la goutte d’eau »  pour des centaines de roumains qui descendent spontanément dans la rue. Article de Julia BEURQ publié dans Le Courrier des Balkans le 16 janvier 2012

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :