« Mémoires des Juifs de Roumanie » désormais disponible en roumain

4 Oct

Par Mehdi CHEBANA

Amintirile unor evrei din România

J’ai le plaisir de vous annoncer que la maison d’édition Hasefer vient de publier la traduction roumaine de « Mémoires des Juifs de Roumanie ». Deux ans après sa parution aux éditions Non Lieu, cet ouvrage que j’ai coécrit en français avec mon confrère Jonas Mercier trouve ainsi un nouveau souffle. La traduction est signée Francesca Baltaceanu et Monica Brosteanu et les dessins de Romains Lamy ont été conservés.

« Amintirile unor evrei din România » fera l’objet d’un lancement officiel cet automne en Roumanie et est d’ores et déjà disponible sur commande par internetLa version française s’est déjà vendue à des centaines d’exemplaires et a rejoint les rayons de nombreuses bibliothèques à travers le monde.

Cette traduction permettra, je l’espère, une meilleure compréhension et une meilleure promotion de l’histoire douloureuse et méconnue des Juifs dans une Roumanie où ce thème est souvent source de polémiques.

À travers les témoignages de neuf Juifs roumains, dont certains rescapés de la Shoah, ce livre dresse le portrait d’une communauté, de son émancipation laborieuse à la fin du xixe siècle jusqu’à son émigration massive en Israël. Surtout, il éclaire sur la réalité de l’Holocauste en Roumanie, dont l’Occident méconnait encore l’existence et l’ampleur.

Ces récits de vie édifiants mettent en lumière la permanence d’un antisémitisme virulent en Roumanie, où les tentatives de réhabilitation du dictateur Ion Antonescu, artisan du massacre d’au moins 280 000 Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, restent très nombreuses.

Ce livre pointe aussi une incongruité : la persistance – malgré les récents actes de contrition des autorités de Bucarest à la suite des travaux d’experts internationaux – d’une version falsifiée de l’histoire, qui a été martelée par le régime dit communiste. Selon la propagande de l’époque, la Roumanie aurait toujours protégé les Juifs et le massacre orchestré par Ion Antonescu aurait été le fait des seuls nazis.

Les témoignages recueillis en Roumanie et en Israël révèlent enfin le rôle moteur des Juifs roumains dans le développement du sionisme, depuis la fondation de la première colonie juive en Palestine au xixe siècle jusqu’à leur installation par vagues successives à partir de 1948 ; une émigration à grande échelle qui fut facilitée par des marchandages longtemps tenus secrets entre Bucarest et Tel Aviv.

Seuls 6 000 Juifs vivent encore aujourd’hui en Roumanie. Ils étaient plus de 750 000 dans l’entre-deux-guerres.

Depuis sa création en 1991, la maison d’édition Hasefer, dont le siège est à Bucarest, a publié plus de 500 ouvrages permettant de découvrir « l’inédit univers juif d’hier et d’aujourd’hui ». 

Advertisements

Une Réponse to “« Mémoires des Juifs de Roumanie » désormais disponible en roumain”

  1. Mehdi Chebana 4 octobre 2013 à 16:33 #

    A reblogué ceci sur Mémoires des Juifs de Roumanie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :