En Roumanie, payer ses charges est l’affaire de tous

8 Nov

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

LA PHOTO DU JOUR… un tableau des charges ! Ce sont deux feuilles blanches publiées chaque mois derrière une petite vitre cadenassée, dans le hall d’entrée de mon immeuble à Bucarest. Avec leurs tampons à l’encre bleue et la signature brouillon du président de la copropriété, elles sont le cauchemar des occupants les plus démunis.


Dans ce tableau figure le nom de chaque propriétaire – oui en Roumanie, 97% de la population est propriétaire ! avec les quantités d’eau froide, d’eau chaude et de gaz qui ont été consommées dans leur appartement. Apparaissent aussi le montant total à payer et souvent les dettes accumulées auprès de la copropriété, qui règle elle-même le tout aux sociétés de distribution.

En clair, tout l’immeuble sait qui sont les bons et les mauvais payeurs ! L’hiver, la facture peut devenir exorbitante. Non seulement car par -20 degrés, il est difficile de chauffer ces appartements très mal isolés construits dans les années 1970 mais aussi parce que le prix du gaz ne cesse d’augmenter. Il aura doublé d’ici cinq ans.  Sur la photo, vous apercevez aussi les boites aux lettres de ma cage d’escalier.

Vous ne serez pas étonnés si je vous dis que, dans cet immeuble où l’on partage jusqu’au montant de ses dettes à la copropriété, une clé ouvre toutes les boîtes !

Publicités

5 Réponses to “En Roumanie, payer ses charges est l’affaire de tous”

  1. Silvia 8 novembre 2013 à 12:05 #

    Je viens de découvrir votre blog et je suis un peu indigné de cet article…

    Premierement « une clé ouvre toutes les boîtes  » – c’est pour la 1ère fois que j’entends cette chose concernant les boits aux lettres des batiments de Roumanie. Je vous conseille de changer votre serrure, parce qu’il ne s’agit pas d’un cas général…

    Deuxième point: « il est difficile de chauffer ces appartements très mal isolés » – avez-vous jamais habité à Paris, en payant une loyer pas très chère? Sinon, sachez que les conditions de vivre sont penibles: l’espace est très petit et très cher, et pendant l’hiver il est absolument necessaire de mettre aussi en fonction les plaques électrique de la quisine.

    Ne dire plus que les loyers en Roumanie sont 2-3 fois moins coûteuses qu’en France, pour des espaces 2-3 fois plus large…

  2. Mehdi Chebana 8 novembre 2013 à 12:14 #

    Merci pour votre commentaire, Silvia ! Alors pour les boites aux lettres, effectivement, il ne s’agit pas d’un cas général mais bien de ma propre cage d’escalier. Je pense être assez clair dans ce post. Et oui j’ai déjà vécu à Paris, d’ailleurs j’y vis encore une bonne partie de l’année. Mais les immeubles construits sous le communisme dans votre pays sont au moins aussi mal isolés ! Il suffit de regarder l’état de nombreuses fenêtres ! Votre indignation – sûrement alimentée par un sentiment nationaliste exacerbé – me semble disproportionnée.

  3. Caroline 8 novembre 2013 à 22:39 #

    C’est pas juste, on peut pas savoir si tu es bon ou mauvais payeur !

  4. Anaïs 8 novembre 2013 à 22:40 #

    Nostalgie 🙂

  5. pomdepin 9 novembre 2013 à 16:05 #

    C’est la convivialité poussée à l’extrême dis donc!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :