Les prêteurs sur gages prospèrent en Roumanie

27 Mar

Par Mehdi CHEBANA

Un établissement de prêt sur gage à Iasi

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

LA PHOTO DU JOUR… l’un des nombreux établissements de prêt sur gage de Iași, que l’on appelle ici case de amanet ! Les Roumains s’y ruent à l’heure où les banques rechignent à leur accorder des prêts à la consommation.

Le principe est simple : on apporte un bijou, un téléphone portable, un ordinateur, un appareil électroménager ou même une voiture. Un expert estime sa valeur et vous accorde sur le champ un prêt correspondant à peu près à la moitié de celle-ci.

Le bien peut être récupéré à tout moment en remboursant le montant de ce prêt avec, bien sûr, les intérêts. Pratique en cas de besoin d’argent pressant. Juteux pour les 115 prêteurs sur gage que compte le département de Iași. Rien qu’en 2011, ils ont enregistré un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et leur nombre a doublé depuis le début de la crise économique en 2008, selon un article paru l’an dernier dans le quotidien Ziarul de Iași.

Contrairement au système français des crédits municipaux, autrefois appelés « monts-de-piété » ou plus subtilement « ma tante », il n’existe pas en Roumanie de monopole public de prêt sur gage. Ici, c’est une affaire comme une autre. En 2013, la société américaine Dollar Financial a ainsi racheté plusieurs millions d’euros l’une des plus grosses case de amanet de la métropole moldave.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :