Archive | Musique RSS feed for this section

Trupa Taxi, le poil à gratter de la société roumaine

25 Avr

Par Mehdi CHEBANA

Créé en 1999, Trupa Taxi – ou Taxi – est l’un des groupes de pop-rock les plus populaires de Roumanie. Entre deux chansons à l’eau de rose, il enregistre régulièrement des morceaux qui bousculent les Roumains. Le dernier en date :  Despre smerenie.

Taxi

Publié le 25 avril 2016 sur Roumanophilie

L’Eglise orthodoxe peut-elle appeler à la mesure tout en érigeant des édifices pharaoniques ? Le groupe emmené par Dan Teodorescu rouvre bruyamment le débat avec sa chanson Despre smerenie (A propos d’humilité), sortie début avril 2016. Dans le viseur : la Cathédrale du Salut de la Nation roumaine. Il s’agit d’une cathédrale de 125 mètres de haut, qui pourra accueillir jusqu’à 6 000 fidèles et dont la construction a commencé en 2011 juste derrière le gigantesque palais du parlement à Bucarest. Coût estimé du projet : au minimum 100 millions d’euros.

Au début de la chanson, le narrateur se rend à la cathédrale pour y trouver Dieu. « J’ai beau l’avoir cherché dans les salles polyvalentes, dans les douze ascenseurs, dans le parking souterrain, dans les dépendances, je ne l’ai pas trouvé », lance-t-il. C’est finalement dans une église en bois du cœur de la capitale qu’il fera, quelques vers plus tard, une rencontre divine. Et d’entonner alors ce refrain : « Dieu préfère le bois, le bois et les petits espaces »… Lire la suite

Musique : les boys bandent encore en Roumanie

21 Mar

Par Mehdi CHEBANA

Les membres du groupe Akcent posent devant le parlement de Bucarest

En Roumanie, les boys bands nés à la fin des années 1990 continuent de faire des « ravages ». Alors qu’en France, des groupes comme Alliage ou 2be3 n’ont pas résisté au passage de l’an 2000, dans le beau pays des Carpates, des « bandes de minets » se hissent toujours en tête des classements de ventes de disques. Leur recette : des chansons tantôt entraînantes, tantôt larmoyantes, des chorégraphies savamment étudiées et surtout des physiques de beaux gosses stéréotypés. Petit tour d’horizon de cet univers « musical » sans pareil… Lire la suite

Rap roumain: jeune et politiquement incorrect

2 Mar

Par Mehdi CHEBANA

B.U.G. Mafia

Sous le régime de Nicolae Ceausescu, des chansons patriotiques ringardes passent en boucle sur les radios d’Etat. Longue souffrance phonique pour une jeunesse adepte de la musique anglo-saxonne  qui se vend sous le manteau. Puis, sonne l’heure de la Révolution (on est en 1989). Le Conducator est sommairement jugé et exécuté. La naissance de nouvelles formes d’expression peut avoir lieu…

Le premier album de hip-hop roumain sort en 1995. C’est Rap-sodia efectului defectului de R.A.C.L.A. Le hip-hop apparaît alors comme une arme pour dénoncer les excès d’une classe politique corrompue. Des groupes comme Bucharest Underground Mafia (BUG Mafia) ou Paraziti développent, dans la foulée, cet art contestataire, underground et souvent censuré par les radios et les télévisions. Lire la suite

Moldavie : mort de Valentin Goga, ancien percussionniste du groupe Noroc

14 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Valentin Goga est décédé samedi 13 février 2016 à l’issue d’un concert à Chișinău. Après avoir connu le succès avec le plus célèbre des groupes de rock moldave, il s’était consacré à la gestion de plusieurs institutions culturelles.

Valentin Goga avait été le percussionniste de Noroc

Publié le 14 février 2016 dans Le Courrier des Balkans

Âgé de 65 ans, Valentin Goga a succombé à un infarctus dans les coulisses du Palais national, une institution qu’il dirigeait depuis 22 ans, rapportent les médias moldaves. Quelques minutes plus tôt, il jouait un morceau de flûte traditionnelle dans le cadre d’un concert organisé à l’occasion de la Saint-Valentin.

Ce mélomane touche-à-tout avait été le percussionniste de Noroc, un groupe de rock et de folk qui connut un immense succès dans les anciens pays communistes. Lire la suite

Allô ? Mais que sont devenus les O-Zone ?

30 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Pochette de l’album « Disco-Zone »

Si si, ils chantent encore ! Depuis leur succès Dragostea din tei (L’amour sous le tilleul) qui avait fait le tour du monde en 2004, les trois membres du groupe moldave O-Zone se sont lancés dans des carrières solo. Dan Balan, Arsenie et Radu Sirbu chantent désormais en anglais, en russe et de temps en temps en roumain.  Mais ils ne sont plus autant parodiés ou repris que lorsqu’ils étaient au sommet de « leur art ». Leur style est toujours aussi… fantasque et inimitable !

Lire la suite

Rock et cotillons : les Zdob şi Zdub fêtent leurs 20 ans

20 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Une musique entraînante, des paroles festives et fédératrices, des concerts à faire trembler le sol… Depuis 1995, les « Zdubii » prouvent qu’il sont des mélomanes et d’incroyables bêtes de scène. Ils jouissent aujourd’hui d’une grande popularité aussi bien auprès des roumanophones que des russophones du monde entier.

Les Zdob şi Zdub

Certes, les Zdob şi Zdub n’ont jamais connu le succès planétaire de leurs compatriotes du groupe O-Zone. Mais en privilégiant la qualité, ils restent après 20 ans de carrière les figures de proue de la scène rock en Moldavie et leur popularité dépasse largement les frontières de l’ancienne république soviétique.

Pour leur jubilé, ils ont chanté à Chișinău mais aussi Moscou, Saint-Pétersbourg, Kiev, Timișoara ou Cluj. Une série de concerts qu’ils boucleront le 17 janvier prochain à Bucarest où ils présenteront leur nouvel album. Intitulé 20 de veri (20 étés), cet opus rassemblera leurs meilleurs morceaux ainsi que trois inédits. Lire la suite

Manele, un genre musical qui divise en Roumanie

10 Sep

Par Mehdi CHEBANA

Une compilation de manele

Au milieu des années 1990, un genre musical nouveau a fait son apparition sur les ondes roumaines:  le manele. Mélange de rythmes orientaux et de musique électro-pop, cousin du turbo folk balkanique, il est très vite devenu immensément populaire auprès des populations les plus pauvres comme les Tsiganes et les gens des campagnes. Justement parce qu’il aborde des thèmes très populaires comme l’argent, les femmes ou le sexe. Florin Salam, Nicolae Guta et Adi de la Vâlcea sont devenus des maîtres dans l’exercice. Lire la suite