Archive | Environnement RSS feed for this section

L’ours des Carpates à la carte de restaurants roumains

19 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Dans un restaurant de Bucarest, de la viande d'ours servie avec des champignons sauvages et de la sauce au vin

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

LA PHOTO DU JOUR… de l’ours brun au menu d’un restaurant bucarestois ! Servi avec des champignons sauvages et une délicieuse sauce au vin, il fait le bonheur des amateurs de gibier mais aussi des touristes d’Europe occidentale qui sont souvent déconcertés à l’idée de manger la viande d’un plantigrade qui a disparu de leurs montagnes. Mais qui n’y renoncent pas pour autant ! Pour 65 lei, soit moins de 15 euros, j’ai moi-même tenté cette expérience culinaire. Lire la suite

Roşia Montana : la mine roumaine ne sera pas un veau d’or

11 Sep

Par Mehdi CHEBANA

A la suite des manifestations de ces dernières semaines, le gouvernement roumain a annoncé l’abandon de son projet de loi sur la mine d’or de Roşia Montana. L’entreprise minière annonce des poursuites contre la Roumanie.

« Sauvez Roșia Montană », le mot d’ordre des opposants au projet minier

Publié le 11 septembre 2013 dans L’Humanité

Tout l’or des Carpates ne vaut pas une victoire électorale. A un an d’un scrutin présidentiel qui s’annonce très ouvert, la coalition au pouvoir en Roumanie a cédé à la pression de la rue en renonçant à un projet de loi controversé en faveur d’un vaste projet minier dans le village de Roşia Montana, en Transylvanie.

« Le texte va être rejeté en urgence au Sénat, puis à la Chambre des députés et après ça, basta ! », a promis lundi le Premier ministre social démocrate Victor Ponta, alors que des milliers de Roumains manifestent depuis dix jours contre ce projet minier qui nécessite non seulement la destruction partielle du village et de quatre montagnes alentours mais aussi l’utilisation de grandes quantités de cyanure qui menacent des galeries minières de l’époque romaine. Lire la suite

Environnement : le festival de films Pelicam remet ça à Tulcea

1 Juin

Par Mehdi CHEBANA

Affiche du festival Pelicam

Pour parler d’environnement et découvrir les derniers  films et documentaires qui s’y intéressent, le delta du Danube est un cadre idéal. C’est pourquoi les organisateurs de Pélicam ont choisi cette année encore la ville de Tulcea, à quelques coups de rames des champs de roseaux et des colonies de pélicans, pour organiser la deuxième édition de leur festival international.

Du 14 au 16 juin prochains, une douzaine de productions, dont beaucoup ont déjà été primées, seront projetées gratuitement et en plein air pour la première fois en Roumanie. Lire la suite

Iași, une grande ville, le stress et le vacarme en moins

28 Mar

Texte et photos : Mehdi CHEBANA

Iași est, selon une étude récente, la grande ville la plus calme de Roumanie. Petit tour de ses quartiers où l’on prend son temps, à l’abri du vacarme.

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

Publié le 15 mars 2013 dans Regard

Un lundi midi à Moară de Vânt, un quartier à flanc de colline dans le nord de la cité moldave. Le bourdon de l’église « Petru et Pavel » interrompt le concert que poules et coqs donnent depuis l’aube dans les cours des maisons rustiques. Puis une vieille Dacia s’aventure dans les allées caillouteuses, permettant aux chiens de garde de prolonger l’entracte. « Ici, c’est un peu la campagne », résume un vieillard devant son portail. « On est rarement embêtés par le bruit et pourtant le centre-ville est à deux pas ». A deux pas ou plus exactement, à 700 mètres à vol d’oiseau…

Avec seulement 16% de sa population exposée de façon excessive à la pollution sonore, Iași est de loin la métropole la plus calme de Roumanie, selon une étude publiée en 2011 par la société Enviro Consult. A titre de comparaison, 85% des habitants de Bucarest supportent des seuils supérieurs aux 55 décibels admis par la législation en vigueur. A Constanța, ils sont 76%, à Cluj, 64%, à Brașov et Poiești, 61% et à Timișoara, 49%. Lire la suite

A Iași, les tilleuls entre mythe et discorde

16 Mar

Par Mehdi CHEBANA

Le tilleul d’Eminescu

Un tronc massif, une coiffe touffue, des feuilles en forme de cœur… Le « tilleul d’Eminescu » attire promeneurs, amoureux et artistes depuis plus de 250 ans. Planté en plein milieu du parc Copou à Iași, il doit son nom au célèbre poète du XIXe siècle qui, dit-on, y puisait son inspiration et cultivait le souvenir des ses années d’études à Vienne.

Depuis cette époque, de nombreux tilleuls ont été plantés pour orner et ombrager les rues de la cité moldave. Ils sont devenus le symbole végétal de la ville et l’expression de son romantisme séculaire. A tel point qu’y toucher peut s’avérer périlleux. Lire la suite