Archive | Réagir RSS feed for this section

Simona Halep, le cache-misère du sport roumain

10 Avr

Par Mehdi CHEBANA

Simona Halep

POINT DE VUE. Depuis deux ans, les Roumains suivent avec passion les performances éblouissantes de Simona Halep. Cette jeune joueuse de tennis originaire de Constanța a déjà remporté onze tournois sur le circuit WTA et se classe actuellement au troisième rang mondial. Son moral d’acier, son jeu agressif et son puissant revers à deux mains ont définitivement conquis ses compatriotes lors de la finale de Roland-Garros le 7 juin 2014. Certes, elle a perdu ce jour-là à l’issue de trois heures de combat intense contre la Russe Maria Sharapova. Mais elle est entrée pour de bon dans le cœur de tous.

Pris par la « Simona mania », on exulte à chaque victoire, on peste en cas de défaite. On salue le patriotisme de la championne qui claironne « jouer chaque jour pour la Roumanie » mais on s’indigne tout autant quand elle préfère participer à un tournoi en individuel plutôt qu’à une rencontre de Fed Cup. On tient aussi scrupuleusement ses comptes : 8,5 millions de dollars de gains depuis le début de sa carrière. Le président Johannis a chanté l’hymne roumain avec elle sur un court, le premier ministre Ponta utilise son image pour gagner des « amis » sur les réseaux sociaux, le célèbre éditorialiste Cristian Tudor Popescu laisse régulièrement la politique au vestiaire pour commenter ses performances. En un mot, on s’approprie Simona Halep. Lire la suite

Publicités

Pourquoi un scénario criméen ne tient pas en Transnistrie

20 Mar

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

POINT DE VUE. Que va-t-on bien pouvoir raconter en attendant qu’un premier attentat secoue la Crimée ? Au lendemain du rattachement de la péninsule ukrainienne à la Fédération de Russie, les regards des analystes et des journalistes se sont soudain tournés vers la Transnistrie. Certains ignoraient jusque là l’existence de cette région séparatiste de Moldavie. D’autres, dans un souci grotesque de vulgarisation, se sont plu à la présenter comme la « Bordurie » de Hergé. Pour eux en tout cas, pas de doute, Moscou entend y répéter le scénario criméen, une crainte que partagent plusieurs partis politiques et médias en Moldavie. Lire la suite

Le roumain, une langue pas si latine…

19 Mar

Par Mehdi CHEBANA

La langue roumaine ne compterait que 60% de mots d’origine latine

Aujourd’hui, mettons le nez dans les dictionnaires roumains. Eh oui, quinze ans après avoir commencé l’apprentissage de la langue d’Eminescu, j’ai encore souvent besoin d’eux ! Pour le travail mais aussi simplement pour le quotidien.

Il y a d’abord, deux petits usuels qui m’aident à la traduction française de mots relativement courants. Et surtout le Dex, le dictionnaire explicatif de la langue roumaine qui compte près de 80 000 mots. Un ouvrage de qualité, comparable au Robert en France, mais dont certaines définitions, notamment relatives aux Juifs et aux Roms, ont encore récemment fait polémique. Alors, me direz vous, pourquoi une utilisation si récurrente après tant d’années ? Lire la suite

En Roumanie, même le cheval a bon dos

11 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Traditionnellement, les Roumains ne sont pas friands de viande de cheval

POINT DE VUE. A l’heure où j’écris ces lignes, on sait peu de choses sur le fournisseur roumain accusé par la société française Spanghero d’avoir fourgué en douce de la viande de cheval en lieu et place de boeuf pour la fabrication de lasagnes surgelées.

Aucune information sur son nom et l’emplacement des deux abattoirs dont proviendrait la viande chevaline. On ignore également s’il a falsifié des documents avant d’exporter la marchandise où si d’autres intermédiaires des Pays-Bas à Chypre ont pu eux-mêmes commettre une infraction de ce type. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes au Royaume-Uni, où le scandale a éclaté vendredi dernier, mais aussi en France et en Roumanie. Lire la suite

La Moldavie décapitée depuis 528 jours, pas si forts ces Belges !

17 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Un appel à la « révolution des frites »

POINT DE VUE. Difficile d’échapper à cette information de la plus grande importance diffusée, jeudi 17 février, par les médias du monde entier. Les Belges, privés de gouvernement depuis 249 jours, ont lancé leur « révolution des frites » pour réclamer la formation d’un exécutif stable. (C’est bon ça, Coco, comme nom de révolution, les gens vont adorer !)

A grand coups de directs, d’analyses et de propos largement emphatiques (« La Belgique a égalé le record mondial de la plus longue crise politique »), les journalistes se sont donc précipités sur les  actions « ludiques et festives » organisées dans le plat pays, allant jusqu’à comparer l’incomparable : la crise belge avec la crise irakienne et les révolutions qui secouent actuellement le monde arabe. Lire la suite

La Moldavie s’enfonce dans la crise politique, et alors ?

29 Nov

Par Mehdi CHEBANA

La Moldavie, un laboratoire pour comprendre les relations Est-Ouest aujourd’hui

POINT DE VUE. En Moldavie, après dépouillement de plus de 95% des bulletins de vote, le Parti des communistes (PCRM) arrive largement en tête du scrutin législatif de dimanche avec 40,5% des voix. Suivent le Parti libéral démocrate (PLDM, 28,7%), le Parti démocrate (PDM, 12,9%) et le Parti libéral (PL, 9,3%), seuls à franchir le seuil requis de 4% pour entrer au Parlement.

Les communistes ne décrocheraient pourtant que 44 sièges contre 57 aux partis formant actuellement l’Alliance pour l’intégration européenne (AIE) qui ne disposent pas d’une majorité suffisante pour élire à eux seuls un président pour le pays. Conclusion : la Moldavie s’enfonce un peu plus dans la crise politique après les quatre scrutins infructueux qui avaient déjà été organisés en moins de 18 mois. Lire la suite

Racisme : Roms et Roumains, même combat !

19 Avr

Par Mehdi CHEBANA

La Roumanie est le pays de l’Union européenne qui abrite la plus importante communauté rom

POINT DE VUE. Pour expliquer l’affiche anti-Roumains diffusée fin janvier dans plusieurs trains de la région Midi-Pyrénées (retrouvez l’article de Rue89), la SNCF met en avant « l’expression malheureuse » de l’un de ses agents. Doux euphémisme qui cache une réalité alarmante : la montée du racisme envers les Roumains, en France et dans l’Union européenne.

Pour illustrer cette tendance, petit tour sur Facebook où des dizaines de groupes anti-Roumains fonctionnent en toute impunité malgré leurs intitulés clairement racistes. « Pour que les Roumains rentrent chez eux », « pour démembrer les accordéonistes Roumains du métro », « contre l’invasion de la France par les Roumains »… Les exemples sont légion sur la seule interface française du célèbre réseau social. Lire la suite