Archive | S’informer RSS feed for this section

Football : la Roumanie renoue avec l’élite européenne

9 Juin

Par Mehdi CHEBANA

Après huit ans d’absence, les tricolori ont réussi à se qualifier pour la phase finale du championnat européen de football organisée en France du 10 juin au 10 juillet 2016. Malgré leurs atouts, ils ont peu de chances d’aller loin dans la compétition…

Parmi les 24 équipes engagées, la Roumanie a l’une des plus mauvaises cotes

Publié le 9 juin 2016 sur Roumanophilie

Un match d’ouverture sous les projecteurs du Stade de France et devant des millions de téléspectateurs. Les Roumains ne pouvaient rêver mieux pour une renaissance. Ils n’avaient plus participé à un Euro depuis celui organisé en Suisse et en Autriche en 2008. A l’époque, ils avaient été éliminés dès le premier tour, terminant troisièmes de leur groupe derrière les Pays-Bas et l’Italie mais devant la France.

C’est justement face aux Bleus que la Roumanie va écrire l’incipit du cinquième Euro de son histoire. Selon les spécialistes et les bookmakers, elle aura grand peine à les battre sur leur terrain, sa dernière victoire contre eux remontant à 1972. Mais ses deux autres adversaires dans le groupe A sont davantage à sa portée. Il s’agit de la Suisse et de l’Albanie, qui participe pour la première fois à la compétition. Lire la suite

Nouvelles règles et nouveaux partis pour les élections locales en Roumanie

2 Juin

Par Mehdi CHEBANA

Les Roumains sont appelés aux urnes dimanche 5 juin 2016 pour élire leur maire mais aussi leurs conseillers municipaux et généraux. C’est le premier scrutin organisé depuis l’entrée en vigueur l’an dernier d’importantes modifications législatives. Voici quelques chiffres…

La participation a dépassé les 56% lors des dernières élections locales organisées en juin 2012

Publié le 2 juin 2016 sur Roumanophilie

Plus de 18 millions d’électeurs peuvent participer au vote. Ils ont au moins 18 ans et résident officiellement en Roumanie. Aucun bureau ne sera ouvert à l’étranger, ce qui exclut du scrutin les quelque deux millions de Roumains de la diaspora. Toutefois, les citoyens européens installés dans le pays pourront voter pour la première fois, conformément à une nouvelle loi électorale adoptée en mai 2015.

Ce même texte introduit un autre changement de taille : un scrutin de liste à un seul tour. Lire la suite

A Giurgiu, les nouvelles étoiles du football roumain

4 Mai

Par Mehdi CHEBANA

Pour la première fois de son histoire, l’Astra Giurgiu remporte le championnat de Roumanie et se qualifie pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Un succès qui propulse un petit port danubien au rang de nouvelle capitale du football roumain.

L’Astra a été fondé en 1921 par le patron d’un fleuron de l’industrie pétrolière roumaine

Publié le 4 mai 2016 sur Roumanophilie

Les baroudeurs la voient comme un point de passage important sur la route vers la Bulgarie et la Grèce. Les passionnés d’histoire la connaissent pour sa tour de l’Horloge érigée en 1771 et les ruines du château médiéval de l’île Slobozia. Mais Giurgiu, 61 000 habitants, 34e ville de Roumanie, vient de changer de dimension en gagnant aussi le cœur des amateurs de ballon rond.

Avant même de disputer son dernier match des playoffs samedi prochain, le club phare de la cité méridionale, l’AFC Astra, est en effet assuré de s’offrir son premier titre de champion de Roumanie. Il compte huit points d’avance sur le Steaua Bucarest, plus beau palmarès du football roumain, et douze sur Pandurii Târgu Jiu, Lire la suite

Simona Halep, le cache-misère du sport roumain

10 Avr

Par Mehdi CHEBANA

Simona Halep

POINT DE VUE. Depuis deux ans, les Roumains suivent avec passion les performances éblouissantes de Simona Halep. Cette jeune joueuse de tennis originaire de Constanța a déjà remporté onze tournois sur le circuit WTA et se classe actuellement au troisième rang mondial. Son moral d’acier, son jeu agressif et son puissant revers à deux mains ont définitivement conquis ses compatriotes lors de la finale de Roland-Garros le 7 juin 2014. Certes, elle a perdu ce jour-là à l’issue de trois heures de combat intense contre la Russe Maria Sharapova. Mais elle est entrée pour de bon dans le cœur de tous.

Pris par la « Simona mania », on exulte à chaque victoire, on peste en cas de défaite. On salue le patriotisme de la championne qui claironne « jouer chaque jour pour la Roumanie » mais on s’indigne tout autant quand elle préfère participer à un tournoi en individuel plutôt qu’à une rencontre de Fed Cup. On tient aussi scrupuleusement ses comptes : 8,5 millions de dollars de gains depuis le début de sa carrière. Le président Johannis a chanté l’hymne roumain avec elle sur un court, le premier ministre Ponta utilise son image pour gagner des « amis » sur les réseaux sociaux, le célèbre éditorialiste Cristian Tudor Popescu laisse régulièrement la politique au vestiaire pour commenter ses performances. En un mot, on s’approprie Simona Halep. Lire la suite

Le rouble transnistrien, symbole d’un Etat fictif

27 Mar

Par’ Mehdi CHEBANA

En 1994, la Transnistrie s’est dotée d’une monnaie artificielle qui n’a aucune valeur hors de ses frontières. Ce rouble n’est reconnu par aucun pays au monde, à l’image de l’indépendance que les autorités de Tiraspol ont proclamée il y a un quart de siècle. Pourtant, c’est aussi une réalité palpable…

Le visage d’Alexander Souvorov sur le billet d’un rouble transnistrien

Depuis quelques années, je garde dans mon porte-feuille un étrange billet orange valant un rouble transnistrien, soit cent pièces d’un kopeck. Il me rappelle mon dernier séjour en Transnistrie, cette petite bande de terre qui a fait sécession de la Moldavie en 1991 mais qui en fait toujours partie officiellement.

Côté pile, le visage d’Alexander Souvorov, dernier généralissime de l’Empire russe, encensé pour n’avoir perdu aucune bataille au cours de sa longue carrière. Ce grand stratège, auteur de la Science de la victoire, apparaît également sur les billets de 5, 10 et 25 roubles émis par la Banque républicaine de Transnistrie. Côté face, un dessin du mémorial de Chițcani. Ce gros village, l’un des plus anciens de Moldavie, a été le théâtre de violents combats en 1992, lors de la guerre civile qui opposa les séparatistes de la région à l’armée régulière moldave. Lire la suite

Le salami de Sibiu devient un produit européen protégé

6 Mar

Par Mehdi CHEBANA

La Commission européenne vient d’inscrire le salami de Sibiu sur la liste des quelque 1400 produits européens bénéficiant d’une indication géographique protégée (IGP). Ce saucisson inventé il y a un siècle par un immigré italien n’est que la deuxième spécialité roumaine à obtenir ce label.

Salam de Sibiu

Publié le 6 mars 2016 dans Le Courrier des Balkans

Les cinq plus grands producteurs de salami de Sibiu avaient sollicité Bruxelles, en novembre 2014, afin d’obtenir la reconnaissance de leur savoir-faire et accroître leur compétitivité à l’échelle européenne et mondiale.

L’IGP les protégera des mauvaises imitations à partir du 10 mars prochain mais elle les obligera à suivre un cahier des charges très strict. La production du plus célèbre des saucissons roumains ne pourra ainsi se faire que dans sept départements allant du centre de la Roumanie à la frontière bulgare. Elle devra aussi respecter scrupuleusement la recette et les techniques d’origine. Lire la suite

Moldavie : les transferts d’argent de la diaspora en forte baisse

12 Fév

Traduit par Mehdi CHEBANA

Les transferts d’argent des expatriés moldaves ont baissé de 30% entre 2014 et 2015. Ce sont surtout les Moldaves installés en Russie qui ont limité leurs envois, contrairement à ceux établis aux États-Unis.

Lei moldaves

Publié le 30 janvier 2016 dans Jurnal de Chișinău

Les ressortissants moldaves qui vivent à l’étranger envoient de moins en moins d’argent à leurs familles restées au pays. Selon la Banque nationale, le montant des transferts d’argent a à peine dépassé 1,1 milliard de dollars en 2015, 30% de moins qu’en 2014. Une baisse qui, relèvent les économistes, s’explique par la dévaluation de la monnaie unique européenne par rapport au dollar et par l’aggravation de la crise économique en Russie.

Dans le détail, les quelque 800 000 Moldaves qui vivent à l’étranger ont envoyé l’an dernier environ 1,129 milliard de dollars, contre 1,612 milliard l’année précédente, soit un quart du PIB de la Moldavie. Plus de 45% de ces transferts ont été réalisés à partir des pays de la Communauté des Etats indépendants (CEI), en chute de 50% sur un an. Les sommes envoyées de l’Union européenne n’ont en revanche baissé que de 3,9% sur la même période. Lire la suite