Archive | Société RSS feed for this section

Réfugiés : la Roumanie renonce à la création de trois centres d’accueil

4 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Sous la pression d’habitants et d’élus, le ministère roumain de l’Intérieur a annoncé, jeudi 4 février, qu’il renonçait à la création de trois nouveaux centres d’accueil pour les réfugiés dans le nord-ouest et le centre du pays.

Une manifestation en 2012 contre les violences dans le centre de rétention d’Arad

Publié le 4 février 2016 dans Le Courrier des Balkans

Officiellement, c’est pour des raisons techniques que le ministère revient sur son projet d’accueillir des réfugiés syriens et irakiens à Tăşnad (nord-ouest), Bumbeşti Jiu (centre) et Câmpulung Muscel (centre). Les centres devaient ouvrir dans des bâtiments appartenant à la Gendarmerie.

« Ces trois communes ont fait l’objet d’évaluations complexes qui ont montré qu’elles ne remplissaient pas les critères nécessaires au bon déroulement de l’activité de ces centres », justifie-t-il dans un communiqué où il demande à l’Inspection générale de l’Immigration de trouver d’autres solutions. Lire la suite

Roumanie : interdiction de fumer dans les lieux publics

31 Jan

Traduit par Mehdi CHEBANA

Le président Klaus Iohannis a promulgué, vendredi 29 janvier 2016, une loi anti-tabac beaucoup plus restrictive que celle en vigueur depuis 15 ans. Avec ce texte, la Roumanie devient le 17e État de l’Union européenne à bannir la cigarette des lieux publics.

33 000 Roumains meurent chaque année du tabac

Publié le 31 janvier 2016 dans Adevărul

Cette loi consacre l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics clos parmi lesquels les bars, les restaurants, les écoles, les hôpitaux, les taxis ou encore les aires de jeux, qu’elles soient ou non en extérieur. Elle entrera en vigueur 45 jours après sa publication au Journal officiel et a été validée mercredi dernier par le Conseil constitutionnel.

Les prisons de haute sécurité font exception. Il sera aussi toujours possible de fumer dans des espaces spécialement aménagés, y compris dans les zones de transit des aéroports internationaux, à condition qu’ils ne mènent pas à des lieux publics clos. Ces espaces devront par ailleurs être dotés de systèmes de ventilation à pression négative fonctionnels permettant d’éliminer la fumée de cigarette mais aussi de cendriers, d’extincteurs et de panneaux avec l’inscription « coin fumeur ». Lire la suite

Statistiques : être une femme en Roumanie

10 Jan

Par Mehdi CHEBANA

De l’actrice Elvira Popescu à la chanteuse Inna, en passant par Nadia Comăneci ou Elena Ceaușescu, seules quelques femmes figurent au Panthéon des Roumains célèbres dans le monde entier. Dans leur ombre, des millions d’autres sont écartées de toute forme de pouvoir, moins payées et beaucoup plus exposées à la pauvreté et la maladie. Voici quelques statistiques…

En Roumanie, les femmes gagnent en moyenne 8% de moins que les hommes

Aucune femme n’a jamais été présidente ou premier ministre dans l’histoire de la Roumanie. Avec aujourd’hui 16 ministres masculins dans un gouvernement en comptant 23, 96% des mairies dirigées par des hommes et 88% des sièges du parlement occupés par des hommes, la Roumanie est par ailleurs l’un des pays européens où les femmes sont les moins représentées en politique. En matière de représentation parlementaire, le pays se situe même parmi les plus discriminants au monde, selon un récent rapport du Forum économique mondial.

Pourtant, au cours de la dernière décennie du régime communiste, les femmes étaient encore 30% à occuper un siège de député ou de sénateur en Roumanie. Dans le monde de l’entreprise, la situation n’est guère meilleure. Les femmes ne sont représentées qu’à hauteur de 10% dans les plus hauts organes de décision des grandes sociétés roumaines et elles y sont en moyenne moins bien payées que leurs homologues masculins, selon la Commission européenne. Lire la suite

Végétalisme, abstinence et spiritualité : les orthodoxes roumains à l’heure du carême

6 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Pendant 40 jours, les Roumains adaptent leur vie quotidienne aux recommandations de l’Eglise. Pour la moitié d’entre eux, Noël ne se résume pas à une grande fête de la consommation. 

Des produits végétaliens dans un supermarché roumain

A l’approche de Noël, les Roumains ne partent pas seulement en quête de jouets et de boîtes de chocolats. Beaucoup font aussi le plein de produits végétaliens. Car pendant 40 jours, ils bannissent de leur alimentation viande, œufs, lait, crème, miel et tout ce qui en contient. Le calendrier orthodoxe précise aussi, à côté du nom des saints, les jours où l’huile, le poisson et le vin doivent être exclus des repas.

Ce carême de Noël – qui a commencé le 15 novembre et se terminera le 24 décembre au soir – serait suivi par la moitié des orthodoxes du pays, à en croire plusieurs sondages récents. Plus ou moins assidûment, tous se préparent au grand repas célébrant la naissance de Jésus mais cherchent aussi à respecter le jeûne suivi par Moïse sur le Mont Sinaï avant de recevoir les dix commandements. Lire la suite

A Bucarest, des chiens et des hommes

5 Juin

Par Mehdi CHEBANA

La chasse aux chiens errants touche à sa fin dans la capitale roumaine. Selon la SPA locale, ils étaient 65 000 il y a deux ans, on n’en compte plus qu’un bon millier aujourd’hui. Quand j’ai découvert ce bilan, j’ai aussitôt pensé à Rex, le quadrupède qui occupait ma cage d’escalierjusqu’à mon départ de Roumanie. Fait-il parti des 30 000 chiens euthanasiés ou des 23 000 qui ont été adoptés ?

La mairie de Bucarest s’était donné 18 mois pour ramasser 80% des chiens errants et les tuer

Rex, c’était en quelque sorte mon voisin de pallier. Il dormait sur des cartons disposés pour lui sous les marches. Il buvait de l’eau et mangeait à sa faim tous les jours. Pour tuer le temps, il avait même cinq ou six copains avec lesquels il faisait la java dans le quartier, la nuit tombée. Mes voisines lui avaient donné un nom, prenaient soin de lui comme s’il était notre chien à tous. Comme beaucoup de ses congénères à Bucarest, il n’était plus tout à fait un vagabond.

C’est en septembre 2013 que mes voisines ont commencé à s’inquièter. Le parlement venait d’adopter une nouvelle loi autorisant l’euthanasie des chiens des rues. Il est vrai que lorsqu’ils sont en meute, ces derniers peuvent se montrer très dangereux, allant jusqu’à tuer des passants. Avec ce nouveau texte, les députés espéraient résoudre un problème qui s’était accentué dans les années 1980 lorsque le régime de Ceaușescu fit raser des quartiers entiers de maisons pour construire des barres d’immeubles. Lire la suite

Qui est la jeunesse roumaine ?

4 Juin

Par Mehdi CHEBANA

Etre jeune en Roumanie, c’est habiter chez ses parents jusqu’à 30 ans, trembler face au chômage et rêver d’une vie à l’étranger. Voici quelques statistiques.

Avec un taux de chômage des jeunes de 23,5%, la Roumanie se situe au dessus de la moyenne européenne

Publié le 15 mars 2012 dans Regard (actualisé)

De nombreuses administrations roumaines regroupent dans la catégorie « jeunes » tous ceux qui ont entre 14 et 35 ans. Ils seraient environ 7 millions, soit un tiers de la population totale, selon l’Autorité nationale de recherche scientifique. Ces jeunes sont toutefois de moins en moins nombreux à l’heure où la population de la Roumanie ne cesse de décroître.

Depuis 2002, elle a diminué de 12% sous les effets conjugués de l’émigration et d’une baisse du taux de natalité, selon le dernier recensement organisé dans le pays en 2011. La Roumanie compte aujourd’hui 19 millions d’habitants, soit 2,6 millions de moins que lors du précédent recensement il y a dix ans. Parmi eux, de moins en moins de jeunes donc, et toujours plus de retraités (5,5 millions en 2011). Lire la suite

A Bucarest, des chats vagabonds dans l’ombre des chiens errants

17 Fév

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

LA PHOTO DU JOUR… l’un des chats errants de mon quartier à Bucarest ! Assis sous ma fenêtre, il me lance ses plus jolis miaulements dans l’espoir que je l »invite chez moi et lui serve un bon bol de lait. Pour les besoins de la photo, je lui glisse des petits « pisse-pisse », c’est ainsi qu’on attire l’attention des matous ici, mais finalement il restera dehors. Lui et ses congénères ont fait la java toute la nuit, je suis contrarié. Ils sont une dizaine à avoir investi les caves de mon immeuble d’où ils entrent en sortent par des soupiraux.

Certains matins, ils se réunissent dehors pour de longues séances d’étirements au soleil. Parfois, on en croise avec un oiseau ou une souris dans le bec. Et le reste du temps, ils jouent à chat ! Grâce à mes voisines, qui pourtant ont déjà beaucoup de travail avec Rex et ses copains, ils ont à boire et à manger. Au total, ils sont probablement plusieurs milliers à errer dans les rues de Bucarest et à squatter les barres d’immeuble. Mais il n’existe pas de statistique officielle. Lire la suite