Tag Archives: Cuisine

La Roumanie mise à plats : les sarmale

20 Avr

Par Mehdi CHEBANA

Sarmale, crème fraîche et mamaliga

Les sarmale sont sans conteste l’une des préparations culinaires préférées des Roumains. Il s’agit de petits rouleaux de viande de bœuf, de porc, de mouton ou parfois encore de poisson que l’on enveloppe, au choix, dans des feuilles de chou ou de vigne. Traditionnellement, ils sont servis avec de la mamaliga – la polenta roumaine – et un peu de crème fraîche.

Ce plat – dont le nom signifie « rouleaux » en turc – n’est pas à proprement parlé roumain. On le retrouve dans de nombreux pays des Balkans, en Turquie et dans certains pays d’Europe centrale. A vos cuisines !

Lire la suite

Publicités

Les Américains ont leurs hamburgers, les Moldaves leurs tourtes

5 Avr

Par Mehdi CHEBANA

Chișinău compte une dizaine de restaurants spécialisés dans les tourtes

LA PHOTO DU JOUR… des tourtes aux pommes de terre et aux champignons ! L’un de mes péchés mignons en Moldavie. Souvent, j’en achète à de vieilles paysannes sur les marchés. C’est bon, c’est chaud et ce n’est pas cher : une dizaine de lei moldaves, soit environ 60 centimes d’euro. Je suis aussi un inconditionnel des restaurants « La Placinte » à Chișinău.

C’est une chaîne qui s’est justement spécialisée dans les tourtes. Elle en propose au fromage (je vous glisse une recette ici), au bacon, à la citrouille, aux pommes, à la cerise… Autant de plaisirs simples et bourratifs que l’on engloutit sur fond de musique traditionnelle, dans la chaleur de décors boisés.  Mais la carte propose aussi un savoureux mariage entre la cuisine russe, avec la solianka ou les pelmeni à la crème fraîche, et les plats balkaniques – des tocăniţe aux papanaşi en passant par les irrésistibles sarmale. Lire la suite

La Roumanie mise à plats : les papanaşi

7 Mar

Par Mehdi CHEBANA

Des papanaşi

Généralement servis par paires, les papanaşi sont de gros beignets sucrés au fromage blanc recouverts de confiture de cerise. Malgré leur allure assez grossière, les restaurants roumains en proposent presque systématiquement dans leurs cartes. Mais, croyez-en mon expérience, il vaut mieux avoir mangé léger pour s’y attaquer ! Un dessert original, mais quelque peu bourratif, pour tous ceux qui veulent s’essayer à la cuisine traditionnelle roumaine. Lire la suite

Pelmeni et colțunași, que cachent les raviolis de Moldavie ?

2 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Plat de colțunași

Des colțunași fourrés à la pomme de terre avec leurs petits oignons caramélisés. Des pelmeni de porc recouverts de crème fraîche. Voilà deux plats qui font mon bonheur lors de mes séjours en Moldavie. C’est bon, ça tient au corps et ça coûte une bouchée de pain : une vingtaine de lei moldaves pour les premiers (1,20 euro), une quarantaine pour les seconds. Mais pour moi, colțunași et pelmeni restent aussi une énigme.

Comment se fait-il qu’on utilise deux mots différents pour désigner les mêmes carrés de pâte farcie cuits à l’eau et fourrés avec à peu près tout ce qu’on veut ? Dix ans que je cherche sans trouver de réponse satisfaisante. Au départ, je croyais que c’était en raison du bilinguisme répandu à l’est de la rivière Prout. « Colțunași » est un mot roumain probablement dérivé d’un régionalisme signifiant « grosses chaussettes » (sic !) Quant à « pelmeni », c’est le mot russe. Le problème, c’est que les deux figurent ensemble sur les cartes des restaurants, comme s’il existait une différence fondamentale. Lire la suite

L’ours des Carpates à la carte de restaurants roumains

19 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Dans un restaurant de Bucarest, de la viande d'ours servie avec des champignons sauvages et de la sauce au vin

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

LA PHOTO DU JOUR… de l’ours brun au menu d’un restaurant bucarestois ! Servi avec des champignons sauvages et une délicieuse sauce au vin, il fait le bonheur des amateurs de gibier mais aussi des touristes d’Europe occidentale qui sont souvent déconcertés à l’idée de manger la viande d’un plantigrade qui a disparu de leurs montagnes. Mais qui n’y renoncent pas pour autant ! Pour 65 lei, soit moins de 15 euros, j’ai moi-même tenté cette expérience culinaire. Lire la suite