Tag Archives: Médias

La révolution roumaine et les « charniers de Timişoara » : retour sur un fiasco médiatique

16 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Premier soulèvement populaire retransmis en direct à la radio et à la télévision, la révolution roumaine reste le symbole d’un fiasco médiatique sans précédent. Des semaines durant, la presse occidentale a relayé images insoutenables, rumeurs insensées et bilans délirants, sans vérifier la fiabilité de ses sources. Deux décennies plus tard, plusieurs journalistes qui ont couvert l’événement décryptent cet engrenage du sensationnalisme pour Le Courrier des Balkans.

Une du journal « Libération » sur la révolution roumaine

Publié le 16 décembre 2009 dans Le Courrier des Balkans

Des jeunes vidés de leur sang pour soigner Ceauşescu d’une leucémie, la ville de Sibiu rayée de la carte, des mercenaires arabes tirant sur la foule à Bucarest… Autant de folles rumeurs que les médias occidentaux ont relayé, des semaines durant, à propos de la révolution roumaine. Dans la confusion du moment, la course au sensationnalisme avait pris le pas sur la fiabilité et le recoupement des sources.

« C’est le plus gros mensonge du XXe siècle », lance Traian Orban, le responsable du Mémorial de la révolution à Timişoara, dans le sud-ouest de la Roumanie. Dans une petite salle où il conserve les articles de l’époque, l’ancien vétérinaire poursuit : « beaucoup trop de bêtises ont été dites dans les médias étrangers. Vos journalistes ont été manipulés et ce même après l’exécution de Ceauşescu. » Lire la suite

A Bucarest, la Maison de la presse libre résiste au temps

17 Nov

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

A Bucarest, les années noires du communisme restent très présentes dans le paysage. En témoigne la Maison de la presse libre, un édifice gigantesque qui abritait les principaux médias sous le régime de Nicolae Ceausescu (1965-1989).

Construite en seulement cinq ans (1952-1957) à l’époque du stalinien Gheorghe Gheorghiu-Dej, sa structure en forme de U est notamment la copie, en dimensions réduites, de l’Université d’Etat « Lomonosov » à Moscou. Tout un symbole… A l’époque, le bâtiment s’appelait Casa Scânteii (« la maison de L’étincelle« ), du nom de quotidien Scânteia édité sous le contrôle du Parti communiste roumain (PCR). Lire la suite

Les Roms à la loupe

11 Sep

Par Mehdi CHEBANA

La moitié des Roms travaillerait au noir et les deux tiers n’auraient pas de revenus stables

Publié le 15 octobre 2010 dans Regard

Le terme « Roms », ou « Rroms », désigne un ensemble de populations originaires du nord-ouest de l’Inde qui partagent une langue et une culture ayant évolué différemment au contact des autres peuples. Fuyant leur région d’origine au Moyen-Age pour des raisons toujours inconnues, ils vivent principalement en Europe mais on les retrouve aussi en Turquie, en Iran, en Amérique ou encore en Australie. Leur langue, le romani, est le témoignage vivant de leur origine indienne : elle est riche d’au moins 900 racines sanskrites et hindi et comporte de nombreuses similitudes avec l’indien moderne.

Les Français les appellent « Manouches » ou « Romanichels », les Anglais  « Gypsies », les Espagnols « Gitans »…. Plusieurs mots pour un même peuple dont le nom officiel est bien celui de « Roms ». C’est ce terme signifiant « être humain », qui a été retenu lors du premier Congrès international des Roms, en 1971.  Contrairement aux idées reçues, les Roms ne sont pas des « gens du voyage » : dès le Moyen-Age, une majorité d’entre eux a adopté un mode de vie sédentaire, sauf en France et en Grande-Bretagne. Enfin, le terme « tsigane » utilisé en roumain est péjoratif. Le dictionnaire explicatif de la langue roumaine en fait un « épithète désignant une personne aux mauvaises habitudes ». Lire la suite

Transnistrie : la présidentielle en temps réel

11 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Le drapeau de la Transnistrie

Les électeurs de la République de Transnistrie sont appelés aux urnes, dimanche 11 décembre, pour se choisir un président. Officiellement, aucun Etat ne reconnait la monnaie, les lois et les institutions de cette petite bande de terre qui a fait sécession de la Moldavie il y a vingt ans et que le Monde qualifiait encore cette semaine de « dernier vestige de la guerre froide ». Mais bon, c’est un fait, une élection a bien lieu sur place avec six candidats en lice, dont l’indétrônable Igor Smirnov qui brigue un 5e mandat. Pour la première fois en 20 ans, Moscou refuse cependant de soutenir le leader séparatiste, lui préférant le président du Soviet suprême, Anatoli Kaminski. Il devrait donc y avoir un peu plus de suspense que d’habitude…

Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion cette année de me rendre sur place pour couvrir le scrutin. A défaut, je vous propose de suivre l’élection en temps réel à travers mon fil Twitter que je reproduis ci-dessous. Mes  principales sources : les médias moldaves, les ONG et les observateurs internationaux qui sont sur place et les témoignages d’internautes. Pas tout à fait satisfaisant, mais on fera avec !

Lire la suite

La Moldavie décapitée depuis 528 jours, pas si forts ces Belges !

17 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Un appel à la « révolution des frites »

POINT DE VUE. Difficile d’échapper à cette information de la plus grande importance diffusée, jeudi 17 février, par les médias du monde entier. Les Belges, privés de gouvernement depuis 249 jours, ont lancé leur « révolution des frites » pour réclamer la formation d’un exécutif stable. (C’est bon ça, Coco, comme nom de révolution, les gens vont adorer !)

A grand coups de directs, d’analyses et de propos largement emphatiques (« La Belgique a égalé le record mondial de la plus longue crise politique »), les journalistes se sont donc précipités sur les  actions « ludiques et festives » organisées dans le plat pays, allant jusqu’à comparer l’incomparable : la crise belge avec la crise irakienne et les révolutions qui secouent actuellement le monde arabe. Lire la suite

Les corps des époux Ceauşescu exhumés à huis clos

21 Juil

Par Mehdi CHEBANA

Les dépouilles des époux Ceauşescu ont été exhumées, mercredi 21 juillet, afin de vérifier leur identité par des tests ADN. Malgré l’enjeu des opérations, la presse a été soigneusement tenue à l’écart. Depuis 20 ans, les rumeurs les plus folles couraient autour de la mort de l’ancien dictateur et de sa femme, certains allant jusqu’à soutenir que le couple vivrait aujourd’hui sur l’île de Cuba.

`

La tombe de Nicolae Ceauşescu

Publié le 21 juillet 2010 dans Le Courrier des Balkans

De la terre retournée… Voilà tout ce que les journalistes ont pu voir de l’exhumation annoncée des dépouilles des époux Ceauşescu. Massés, mercredi matin, derrière les grilles du cimetière Ghencea de Bucarest, ils ont tenté de filmer le travail des médecins légistes venus recueillir les preuves que ce sont bien l’ancien dictateur et sa femme qui ont été enterrés là il y a 20 ans.

Mais le gendre des Ceauşescu, Mircea Oprean, qui se bat depuis cinq ans pour obtenir l’exhumation des corps, a tenu à ce que les opérations se déroulent à huis clos. Quelques vieillards qui se trouvaient depuis l’aube dans le cimetière ont cependant pu raconter ce qu’ils ont vu. Lire la suite

Des hackers en croisade pour redorer l’image des Roumains

22 Avr

Par Mehdi CHEBANA

De grands journaux européens sont, depuis quelques jours, la cible de hackers roumains qui entendent réhabiliter l’image de leurs concitoyens en Europe. Pour ces pourfendeurs de l’amalgame entre mendicité et Roumanie, il s’agit d’un « cri du peuple roumain tout entier qui rappelle à ses frères que, dans ses veines aussi, coule du sang romain. » Un message nationaliste empreint d’un indéniable racisme… anti-rrom.

Cette brigade, qui s’est autobaptisée « Sécurité nationale roumaine », a pris le contrôle des sites de plusieurs journaux

Publié le 22 avril 2010 dans Le Courrier des Balkans

Quelques jours après avoir visé le quotidien britannique The Daily Telegraph, des pirates informatiques s’en sont pris, lundi 19 avril, au journal Le Monde. À coups de messages intrusifs dénonçant l’amalgame entre mendicité et Roumanie, cette brigade, qui s’est autobaptisée « Sécurité nationale roumaine » (RNS, en anglais dans le texte), a brièvement pris le contrôle d’un site partenaire du quotidien français.

« Nous en avons assez de ces outrages », expliquent les hackers dans le texte diffusé en page d’accueil de Planète plus intelligence, un supplément publicitaire du Mondeconsacré à la planète et aux technologies. « Les Tsiganes ne sont pas des Roumains ! Ce ne sont pas eux qui ont écrit notre histoire ! Quand vous parlez de nos compatriotes, n’utilisez plus l’expression ’Tsiganes roumains’. Nous avons respecté votre France, vous respecterez notre Roumanie », concluent-ils d’un ton menaçant. Lire la suite