Tag Archives: Rigueur

Victor Ponta, continuateur roumain de l’austérité

21 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Malgré son image policée et cette précocité, Ponta est un fin stratège

Publié le 19 décembre 2012 dans L’Humanité

Fort de sa large victoire lors des législatives du 9 décembre, le premier ministre social-démocrate Victor Ponta a été reconduit, lundi, à la tête du gouvernement roumain. Cette nomination balaie provisoirement les craintes d’une nouvelle crise politique dans ce pays rongé, depuis huit mois, par une cohabitation délétère entre la coalition de centre gauche au pouvoir et le président conservateur, Traian Basescu.

« La volonté de l’électorat roumain a finalement été respectée », s’est réjoui Victor Ponta, alors que son rival avait laissé entendre qu’il ne le reconduirait pas. Cet ancien procureur est, à quarante ans, le plus jeune chef de gouvernement de l’UE et le plus jeune qu’ait jamais connu la Roumanie. Il doit son ascension fulgurante à l’ancien premier ministre Adrian Nastase qui l’a propulsé à la tête du département anticorruption du gouvernement en 2001 et l’a soutenu en 2010 lorsqu’il briguait la tête du Parti social-démocrate (PSD). Lire la suite

Publicités

La Roumanie, pays de la protection sociale pas chère

7 Déc

Par Mehdi CHEBANA

Bucarest, qui a subi l’un des plans d’austérité les plus drastiques de l’UE, est champion d’Europe toutes catégories pour le niveau réduit de ses dépenses sociales. Une performance à ravir les néolibéraux mais qui cache d’hallucinantes galères.

Entre 800 et 1 100 enfants sont livrés à eux-mêmes dans les rues de Bucarest

Publié le 5 décembre 2012 dans L’Humanité

Une soupe bien chaude, des vêtements d’hiver, quelques couvertures… « Quelqu’un a pensé aux bonbons ? » Deux fois par semaine, avant la tombée de la nuit, les bénévoles de la fondation Parada s’assurent qu’il ne manque rien dans leur remorque. Pendant plusieurs heures, ils vont sillonner les rues de Bucarest, à la rencontre d’enfants et de jeunes adultes sans domicile fixe. Ils sont attendus avec impatience.

« Les voilà ! »… Le vieil utilitaire rouge et blanc de la fondation se gare sur l’immense boulevard de la Jeunesse, dans le sud de la capitale roumaine. Un petit groupe de gamins déboule en chahutant. Ils connaissent bien les bénévoles, qui organisent régulièrement pour eux des ateliers de cirque. « Ça fait plaisir de les voir, ils sont un peu notre famille », se réjouit Cristina, une jeune maman de dix-sept ans emmitouflée dans un manteau visiblement trop grand. Lire la suite

Roumanie : le dilemme du nouveau gouvernement

10 Mai

Par Mehdi CHEBANA

Victor Ponta

Publié le 9 mai 2012 dans L’Humanité

«Réparer les injustices sociales» dans une Roumanie asphyxiée par l’austérité. C’est l’objectif affiché par le nouveau gouvernement de coalition emmené par le social-démocrate Victor Ponta. Il a obtenu lundi la confiance du Parlement à une large majorité, 284 voix pour, 92 contre, profitant de dissensions de plus en plus fortes au sein du Parti démocrate libéral (PDL), dont est issu le président Traian Basescu.

« Nous sommes prêts à amorcer des changements fondamentaux pour le sort des Roumains », promet le nouveau premier ministre, le plus jeune depuis la chute de Ceausescu. À trente-neuf ans, Ponta tient donc un discours qui tranche avec celui de ses prédécesseurs de droite. À commencer par celui de Mihai Razvan Ungureanu. L’ex-barbouze, sans étiquette, qui se définissait comme « libéral et fier de l’être », s’était engagé à « tenir le cap de la rigueur ». Après trois mois aux affaires, il est tombé fin avril sur une motion de censure. Lire la suite

Emil Boc, la marionnette roumaine du FMI sortie de la scène

9 Fév

Par Mehdi CHEBANA

Emil Boc

Publié le 9 février 2012 dans L’Humanité

La colère de milliers de manifestants, les pressions de l’opposition, les dissensions grandissantes au sein de sa formation… Tout poussait Emil Boc vers la sortie. Le Premier ministre roumain a fini par jeter l’éponge lundi, devenant le septième chef de gouvernement de l’Union européenne (UE) à payer le choix de l’austérité. Dès sa nomination fin 2008, cet ex-professeur de droit a été chargé par le président Basescu, son principal soutien en politique, de gérer les effets désastreux de la crise mondiale sur l’économie roumaine.

Mission qu’Emil Boc, la cinquantaine, a exécuté froidement. En trois ans, il a mis en place la pire « cure » d’austérité de l’UE pour satisfaire le Fonds monétaire international (FMI) et Bruxelles en contrepartie d’un prêt global de 20 milliards d’euros. Appliqué et dévoué, il est qualifié par ses détracteurs de « marionnette de Basescu et du FMI ». « Il a su imposer sa marque, analyse le politologue Cristian Pîrvulescu, puisque c’est lui qui a eu l’idée de court-circuiter le Parlement pour adopter ces réformes draconiennes. » Lire la suite

Manifestations anti-rigueur en Roumanie : la situation en temps réel

6 Fév

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Julia Beurq)

Depuis plusieurs mois, des manifestations ont lieu quasiment tous les jours en Roumanie. Je vous en parle aussi souvent que possible dans les colonnes de L’Humanité et de son hebdomadaire L’Humanité dimanche.  Certaines, organisées à l’appel des syndicats, sont de grande ampleur. d’autres sont plus spontanées et beaucoup moins suivies. Il faut dire que le plan d’austérité adopté par le gouvernement de centre-droite est l’un des plus durs de l’Union européenne et que la pléthore de réformes mises en place notamment pour satisfaire le FMI  et l’Union européenne (travail, éducation, administration, justice etc.) a eu le don de pousser à bout une large frange de la société roumaine.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la vague de contestation qui s’est emparée, depuis jeudi 12 janvier, de Bucarest et de la plupart des grandes villes du pays. Cette fois, l’élément déclencheur, « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase » comme l’assènent les manifestants, a été la démission du fondateur du service médical d’urgence, Raed Arafat, à la suite d’une  dispute avec le président Basescu sur un projet controversé de réforme de la santé. Grosso modo, le chef de l’Etat se posait en fervent défenseur de la privatisation du SAMU et de l’ouverture du système à des assureurs privés, ce qui n’était pas du goût de Raed Arafat. Les premières manifestations commencent alors, réunissant quelques centaines de personnes à travers le pays. Le président Basescu retire le projet, sans doute soucieux de ne pas fâcher encore plus l’électorat à quelques mois des élections législatives. Lire la suite

Roumanie : « Voilà ce qu’on nous laisse ! »

27 Jan

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

Publié en janvier 2012 dans L’Humanité dimanche

Chaussures fourrées, bonnet et bouteille isotherme remplie de café… Alin n’a rien oublié. Après deux semaines de mobilisation pour réclamer la démission du président Basescu et du gouvernement de centre-droite, ce jeune professeur de roumain a appris à s’organiser. Malgré la neige et le froid, il peut rester jusqu’à 10 heures sur la place de l’Université de Bucarest pour crier son ras-le-bol aux côtés de centaines d’autres indignés.

« Je n’étais jamais descendu dans la rue pour manifester, confie-t-il, un brin gêné, mais je ne supportais tellement plus le mépris de nos dirigeants que je me suis pris en main ». Ce sont la baisse de son salaire de 25% et le passage en force du gouvernement sur une réforme de l’éducation qui ont poussé le jeune homme à se mobiliser. Aujourd’hui, il vit avec environ 200 euros par mois, soit 270 euros de moins que le salaire moyen en Roumanie. « Comment voulez vous vivre dignement avec si peu ? Nous, on a fait des sacrifices mais le pouvoir et sa clique ont continué de s’enrichir. » Lire la suite

Roumanie : deux ans de réformes et de mobilisation contre la rigueur

21 Jan

Par Mehdi CHEBANA

(©Roumanophilie/Mehdi Chebana)

Depuis deux ans, les autorités roumaines multiplient les réformes et les mesures drastiques pour sortir leur pays de la crise et satisfaire les exigences du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne qui leur ont accordé un prêt de 20 milliards d’euros. Cette cure d’austérité, l’une des pires de l’Union européenne, a suscité la colère des syndicats qui ont organisé plusieurs rassemblements d’ampleur dans le pays mais aussi, plus récemment, l’indignation de milliers de Roumains asphyxiés par la rigueur. Lire la suite